L’Orine des mots : NOUÈ
22/12 /16

L’Orine des mots : NOUÈ

NOUÈ

Ben le bonjou tertout ! Je vâs vous caozer anet d’eune féte qe les qeniaos esperent pour ses etailes qi beluettent dan les ués, pour ses réves e ses bebiaos : c’ét la féte de Nouè.

Nouè je le dizons aotant come Noua. I n’n a etout qi dizent Nouèl. Dan la Louere-Atlantiqe i dizent yeûs Nao, la féte de Nao come en pouetevin.

Més d’eyou qe vient ce nom de Nouè ? Ao Môyen Âje i tet ecrit Noel un petit come en francéz d’astoure més sans le e tréma. Més Noel tet eune deformézon de Nael, q’ét restë un nom de famille en Haote-Bertagne. E Nael ça venet dret du latin natalis qi vlet dire « de la néssance » en pllace de natalis dies « le jou de la néssance », raport ao petit Jézus. Un pape a pllacë la féte-la le 25 de decembr, assë prés du jou le pus bâs de l’anée méme si le Nouviao Testament ne dit pâs grand-cai la-dessu. Tant q’a Nao de Louere-Atlantie i vient d’un vieu Naal, yeune des formes du vieu Nael, qi venet, je l’e dit, du latin natalis.

On retreûe le mot latin-la, natalis, dan le nom de famille espagnol Nadal, come le jouou de tennisse. On le retreûe etout dan le petit nom Nathalie, q’a prinz un h on ne set pâs trop pourcai. On le reteûe etout, par yun de ses derivës, dan le berton Nedeleg, Nedeleg laouen.

Pour fini mon depllet je ne pâs m’empôzer de vous chanter un chant de Nouè qe j’avons tournës en galo mai e Marie Chiff’mine :

Ho p’tit pepa de Nao

Sur les motifs de l’œuvre originale « PETIT PAPA NOËL », paroles de Raymond Vincy, musique de Henri Martinet, © 1946, avec l’aimable autorisation des EDITIONS DURAND (catalogue Max Eschig).

 

Vaici la bell’ netée de Nao (1)

En plleum’ de ouae la nai (j’) s’evâille

Les ués (2) tournës devers a haot

A jenouë les petit’s garçâilles

Avant d’ fromer lous (3) chap’ dan l’na(ir)

I vont fér’ lous perier’ du sa(ir)

Ho p’tit pepa de Nao

Cant tu deval’râs d’a haot

O des bebiaos par verdées

N’oubllie pâs mes petits solés

Més avant de t’ n’aler

Va fala(ir) ben te pouiller

Dehô, tu vâs ava(ir) ben fret

Va mézë céz le mond’ tout dret.

J’ voûraes-ti ben y’étr a la piq’ du jou

Pour vae(r) si tu m’âs aportë

Tous les biaos bebiaos qe je vis âillou

E qe je t’e qemandës

Le bonom’ bâssour’ va pâsser

Les qeniaos vont aler s’ coûcher

Mets don par-su ton grand pal’taod

Dan ta hot’ tout’ pllen’ de bebiaos

Ao brut des clloch’ e berdinghettes

La donézon de mil’ beluettes

E cant tu renter’râs a ton taopet

Viens don permier su notr ôtë (4)

Je n’e pâs terjou etë ben boudet

Més qe je sej’ pardonë (4)

1 de Nao en dialecte 44, ailleurs d’Noua ou d’ Nouè

2 Les ués en dialecte 56, ailleurs Les ieûs

3 lous ou yeûs

4 notr ôtë en dialecte 22, ailleurs notr mézon, d’où le dernier vers : Més fès-mai don un mignon